AVOCATS 2.0

Pris de vertige

Octobre 2017. Comme chacune et chacun d’entre vous j’ai un Smartphone dans la poche. Je suis au restaurant. À la table d’à côté, un couple. Chacun des deux a le sien à la main, pianote, lit, surfe. Sont-ils en train de s’écrire ? Est-elle en contact avec l’un de ses enfants pour le rassurer? Est-il en train d’adresser un message à son patron ou à l’un de ses salariés ? Pour ma part, je sais que si je sors le mien de ma poche je vais pouvoir accéder aux courriers électroniques qui sont arrivés sur ma boîte, en provenance de mes clients, de mes secrétaires, de mes confrères, de même qu’aux actualités du jour ; le monde m’attend, me guette. Je suis tenté. En même temps je ne veux pas, pour me donner l’impression de rester libre…

 

 

 

 

Nous sommes connectés, en réseaux, en même temps que nous vivons notre vie de tous les jours. Deux mondes se superposent, coexistent, interfèrent. Sommes-nous atteints par une forme de schizophrénie ? Que deviennent nos vies ainsi fragmentées, démultipliées, partagées ? Que s’est-il donc passé ?

 

 

Nous pouvons tout faire avec ce Smartphone ; ici et là. Nous pouvons commander à distance à une multitude d’objets. Il peut lui-même se substituer à nous et nous assister, nous guider, nous aider dans l’accomplissement de multiples tâches. Demain ce sera le robot ménager, à l’instar de « Keecker »[1] qui nous accompagnera à la maison et au bureau… Comment tout cela est-il possible ? Si j’y réfléchis, je suis pris de vertige…

 

 

Cet engin contient plus d’électronique embarquée que la fusée Apollo qui conduisit Amstrong sur la Lune. C’était il y a un peu moins de 50 ans. Je n’étais pas encore entré en classe de sixième… 10 ans plus tard je devins avocat, naturellement, simplement. J’avais de la chance, mon père m’attendait ; il m’avait ouvert la voie. Je découvris un exercice professionnel simple, sans complication, sans fards, sans barrières. Il suffisait, le mot est-il juste ?, de maîtriser cet art du procès, ce si difficile art du procès ! Rien ne venait interférer sur cet objectif qui s’imposait de lui-même. Nous n’avions que cela à faire ; c’était notre seule préoccupation. Des maîtres nous entouraient. J’étais un successeur de Cicéron, de Démosthène, de Berryer, de Maurice Garçon, de Moro Giafferi, de Polak, de Floriot de tous ces noms qui m’avaient fait rêver toute mon adolescence et qui meublaient mon imaginaire, mon ambition ! Nous les regardions, nous les écoutions. Il suffisait en quelque sorte de les imiter. Le contact avec le client se faisait dans un soliloque singulier au cabinet. Puis venait l’élaboration d’une stratégie, après avoir analysé la problématique juridique. L’engagement de la procédure ou de la défense suivait. On rédigeait des actes, tapés à la machine par une secrétaire efficace au milieu de ses feuilles de carbone. Mon père venait de tester les premiers dictaphones… Enfin venait la préparation du dossier. Puis, on plaidait. Tout était limpide.

 

 

C’était parti pour 40 ans. Pourquoi cela changerait-il ? La vie est un long fleuve tranquille. Les procès répondent à une logique éternelle. Je ne réalisais pas ce qui était en train de se préparer. Je n’imaginais pas que 30 ans plus tard je devrais me poser la question de l’avenir de mon exercice professionnel. Je ne pouvais pas imaginer que la question se poserait à moi de savoir ce que deviendrait l’avocat. Que s’est-il donc passé ?

 

 

Aujourd’hui, j’ai mon cabinet dans ma poche. L’équivalent de la bibliothèque de la faculté de droit est à ma disposition d’un simple clic. Le monde est un livre ouvert auquel je peux accéder aussi facilement qu’hier j’ouvrais la porte de mon cabinet. Durant ces quatre décennies j’ai vu arriver sur mon bureau, une multitude d’innovations. Je les ai reçues comme des progrès, des moyens d’améliorer les modalités d’exercice de ma profession, d’être plus à l’écoute de mes clients et de mes interlocuteurs, d’être plus performant, plus efficace. J’ai cru à la simplification qui semblait évidente… Je n’ai pas compris ce qui se cachait derrière ces avancées. Pris de vertige, aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir reculé. J’ai toujours moins de temps à moi ; le stress est grandissant ; les problèmes se multiplient, je fais de moins en moins mon métier d’avocat pour gérer, développer, m’expliquer. Derrière la simplification se cache l’ogre de la technique… Que s’est-il passé ?

 

 

Quelle est la nature de ce progrès, de la technologie numérique? On me parle d’intelligence. Mais, comment la machine peut-elle être intelligente ? Ce n’est pas cela qu’on m’a appris… C’est moi qui dois être intelligent ! Et c’est déjà si difficile… Comment donc des transistors, des connexions, des algorithmes, un téléphone !, peuvent-ils être en mesure de remettre en cause les conditions d’exercice de ce métier que je croyais inamovible, éternel ? Que s’est-il passé ?

 

 

Des machines ont transformé mon monde. La technologie numérique s’est invitée dans ma vie professionnelle et personnelle. Elle la perturbe, la bouleverse. Il ne s’agit pas que de progrès. C’est comme si nous vivions plusieurs vies en même temps. Peut-être comme le couple qui est à côté de moi au restaurant. Cette machine artificielle s’interpose au cœur de nos vies, en nous donnant accès à des mondes virtuels en même temps que nous vivons dans la réalité. Le virtuel !... D’où notre trouble, nos remises en question. Oui, celui-là qui est face à sa femme est peut-être en train d’adresser un message à une autre femme, en même temps qu’il dit à la première qu’il l’aime…. Et moi, en même temps que je mange, je pourrais être en train de répondre aux courriers d’un confrère qui vient de me faire une proposition transactionnelle dans un dossier… Cet enfant, là-bas à une autre table, au nez et à la barbe de ses parents, est peut-être en train, sur le Smartphone qu’ils lui ont offert pour son anniversaire, de visiter un site pornographique, après avoir répondu mensongèrement qu’il a plus de 18 ans… Tel autre, grâce à son propre Smartphone, lit une fable de La Fontaine ou les psaumes du jour… Cet univers est fou ! Plein de promesses, de possibilités, de pièges, d’ambiguïtés, de confusions. La réalité est tourneboulée par la virtualité réseautique…

 

 

Tel est le monde bouleversé que nous devons pourtant essayer de comprendre et dans lequel demain devra exercer cet avocat augmenté dont je cherche actuellement le visage. C’est un exercice de spéléologie sociologique et prédictive, qui présente ce paradoxe de nous transporter dans l’univers de l’un de ces romans de science-fiction que vous lisiez comme moi il y a 40 ans… J’espère en venir prochainement à bout et vous proposer la lecture de ce qui en résultera!...

 

[1] http://www.keecker.com/eu-fr/specifications

 



20/10/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres